Votre chien a-t-il régulièrement ces symptômes ?
Gargouillis intestinaux
Crispations du corps
Vomissements
Reflux gastriques
Diarrhées liquides
Mastications
Douleurs abdominales et nausées régulières
Slider
Un exemple typique : 
G.S. de P.
« ... J’ai une chienne maltaise de la Havane qui a une gastrite à des intervalles de plus en plus courts, avec diarrhées, douleurs abdominales, vomissements, brûlures d’estomac et un peu de mucus sur les vomissures...
Le vétérinaire lui a fait une ou deux injections et a prescrit un régime spécial... Cela s’est amélioré un moment, puis les symptômes sont réapparus...
Maintenant, j’ai trouvé ce site internet en espérant qu’on m’aide... »

La base de données CIBDAI* enregistrée sur cette page s’appuie sur environ 5 000 questionnaires remplis par les propriétaires de chiens à la recherche d’aide et sur 1 000 patients canins qui, en cas de bonne adaptation diététique, ont pu, dans une large mesure, guérir complètement, et sans séquelles persistantes.


Définition de l’ICC du chien :

Le “Bowel” signifie “intestin” en anglais, mais au sens large. « Le Bowel est considéré par le Dr BREUER comme un terme générique pour l’ensemble de l’intestin, sur le plan anatomique, mais aussi dans sa logique ».


L’ICC (Inflammation Chronique du côlon) du chien se résume ainsi :
a) L’ICC classique concerne le côlon (voir les symptômes ci-dessous et ici)
b) l’IGRO (Inflammation Gastrique et Reflux Oesophagiens) concerne l’estomac / l’intestin grêle = concerne le haut du ventre (voir les symptômes ci-dessous et ici)
 

Ces deux ensembles de symptômes sont des manifestations de l’ICC dans la partie supérieure et / ou inférieure de l’intestin.


La connaissance des symptômes complexes et variables, parfois réciproques (propriétaires et chiens) de l’ICC psychosomatique canine évolue continuellement. Cela signifie qu’après avoir rempli le questionnaire, vous recevrez un diagnostic préalable qui pourra compléter un examen de votre vétérinaire et qui devra être confirmé par ce dernier. Vous comprendrez qu’un conseil personnalisé dans ce cadre ne peut remplacer la visite chez un vétérinaire. Pour bénéficier de conseils vétérinaires personnalisés, vous pouvez vous procurer un billet en ligne sur cette page (payant). Nous vous conseillons également, pour des raisons liées à la législation en matière de médicaments, d’adapter les dosages en fonction de la gravité et de l’évolution de la pathologie par votre vétérinaire, dont la participation est très importante.

Les symptômes typiques de l’ICC / IGRO ne se retrouvent généralement pas dans la totalité des situations décrites ci-dessous et leur description doit être complétée par des observations effectuées sur le long terme. C’est précisément ce qui rend leur diagnostic si difficile, mais aussi scientifiquement intéressant …


L’ICC et l’IGRO peuvent être présents chez tous les chiens, mais sont souvent plus fréquents chez trois groupes de chiens :

a) selon leur pédigrée, ce sont des chiens de travail peu sollicités donc peu actifs, comme le Golden ou Labrador Retriever, le Berger Australien, le Border Collie, le West Highland White Terrier, le Jack Russel Terrier ;

b) des chiens de toutes races ou “croisés” provenant de refuges ;

c) les petits chiens (souvent miniatures) très proches de l’homme (Havane, Chihuahua, Pékinois, etc.)

 Informations complémentaires sur les facteurs de risque ICC/IGRO


Le traitement habituel des symptômes gastro-intestinaux, par exemple avec des antibiotiques, des inhibiteurs du PP et des corticoïdes, entraîne une amélioration temporaire. Il a été démontré que le microbiote au centre d’une thérapie conventionnelle est généralement endommagé. Il existe de nombreuses informations  à ce sujet chez les êtres humains, génétiquement proches (au début il y avait l’intestin)

Les cycles de crises gastro-intestinales augmentent en intensité et en fréquence à moyen terme. Les parasites et micro-organismes du microbiote, le dysfonctionnement du système immunitaire ou les allergènes alimentaires provoquent de très fréquemment ce type d’inflammations gastrique et / ou intestinale chroniques et récurrentes, avec une implication globale psychologique et physique sur le chien.

* CIBDAI = “Canine IBD Activity Index”, stark modifiziert basierend auf : Breuer, E. M. 2007: Blutig-schleimige Durchfälle beim Hund: Ein Therapiekonzept, VETimpulse. 16.Jg. Ausg.18, S.4
Jergens, A.E. & Schreiner, C.A. 2003 A scoring Index for Disease Activity in Canine Inflammatory Bowel Disease. J Vet Intern Med. 17: 291-297.

En continuant à utiliser le site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations complémentaires

Les paramètres de cookies sur ce site Web sont définis pour «autoriser les cookies» pour permettre la meilleure expérience de navigation. Si vous utilisez ce site Web sans modifier les paramètres des cookies ou si vous cliquez sur «Accepter», vous acceptez cela.

fermer